Carnet de route – Le journal d’un guide moto en Argentine

Julien notre guide, vous raconte son dernier voyage avec nos clients. Anecdotes, impressions et une passion pour la Royal Enfield qui permet de rouler là où d’autres ne peuvent pas.

La chevauchée andine en Royal Enfield: carnet de voyage d’un guide moto en Argentine

des royal enfield personnalisées

Chacun la sienne avec nos nouvelles peintures

L’équipe Mono 500 est prête pour accueillir un joyeux groupe d’amis motards, composé de 5 pilotes dont 3 voyageant en duo. Dès leur arrivée, nous nous retrouvons au garage où nous faisons connaissance. Après avoir découvert nos locaux, chacun écoute attentivement le briefing de roulage puis choisit sa Royal Enfield, les nouvelles couleurs de peintures que nous avons réalisés font sensation ! Après avoir gouté à la gastronomie locale autour d’une bonne parilla de viande et dégusté quelques bouteilles de torrontes et de malbec, le rendez-vous du départ est donné pour 8h le lendemain matin.

Le départ

Notre groupe d’aventuriers quitte Salta et prend la direction du sud, en tant que guide j’ouvre donc la route suivi des 5 motos. Chacun prend ses marques avec la Royal Enfield et commence à ouvrir grand les yeux avec l’apparition des montagnes rouges ocres. Walter et Miguel, notre équipe d’assistance, ferment le convoi à bord du 4×4 chargé de pièces mécaniques et des bagages.

Des pistes vers Tafi del Valle

Des pistes vers Tafi del Valle

Nous faisons route vers notre première étape, Tafi del Valle. La fraîcheur de fin de journée nous rappelle que nous commençons à prendre de l’altitude. Un magnifique spectacle nous attend dans la lumière du soir, nous descendons l’asphalte vers une mer de nuage spectaculaire qui entoure le lac Angostura.

Quoi de mieux au petit matin qu’une descente de 40 kms en lacet avec des virages zigzaguant à travers une forêt envoûtante semi-tropicale ? Nos pilotes sont aux anges ! Le GPS de Philippe un peu moins, puisqu’étant mal arrimé à son guidon il ne passera pas le test du bus de 20 tonnes lui roulant dessus.

Un paysage démesuré

ruines de Quilmes

Les ruines de Quilmes

De Andalgala en direction de Fiambala, chacun prend la mesure de la démesure grandiose du territoire Argentin. Les bandes de bitume déroulent sur parfois plus de 40 kms, sans l’ombre d’un virage digne de ce nom à l’horizon ! Nous ménageons nos montures ainsi que le monocylindre 500cc en adoptant un rythme de croisière propice à l’évasion de l’esprit donnée par cette immensité géographique de liberté.  Puis ce sont les paysages plus arides et désertiques qui nous ouvrent les bras, avec une pépite nichée au sein de la roche volcanique où nous faisons étape, Fiambala et ses thermes d’eau chaude !

Le domaine de Piatelli à Cafayate

Le domaine de Piatelli à Cafayate

Pendant 2 jours nous remontons vers le nord avec pour objectif Cafayate. Nous y arriverons en empruntant la célèbre Route 40 et en profitons pour visiter un des trésors culturels du Nord argentin, les Ruines de Quilmes.

Cafayate sait accueillir le visiteur de passage en lui offrant les meilleurs vins de la région, nos voyageurs en profitent pour souffler un peu et se détendre pendant que notre mécano Walter alias Poppy en profite pour faire quelques réglages mécaniques et bichonner nos belles Royal Enfield avant d’attaquer la piste.

Visite d'une bodega à Cafayate

Visite d’une bodega à Cafayate

Une visite de bodega suivi d’un déjeuner dans un endroit tutoyant le paradis, laisse bien souvent nos motards avec les yeux qui brillent d’émerveillement. Ce jour-là, nous serons gâtés puisqu’une célèbre chanteuse de Buenos Aires attablée à côté de nous nous offrira une session acoustique privée remplie d’émotions. Même Laurent et Christophe iront de leurs petits pas de danse !

La spéciale

Aujourd’hui nous attaquons une des spéciales du Rally Dakar, Cafayate-Cachi.

Une piste emprunté par le Dakar, passage un peu gras, une formalité pour nos Royal Enfield

Une piste emprunté par le Dakar, passage un peu gras, une formalité pour nos Royal Enfield

Nous sommes accueillis dès l’entrée de la piste par un superbe bac à sable, tout le monde est dorénavant confronté à la vraie aventure avec ce bel exercice de pilotage. Nous dégonflons un peu les pneus et c’est parti ! Même les novices du off-road qui, en l’avouant à demi-mot appréhendaient un peu ce genre de terrain, s’en sortent haut la main et prennent même du plaisir à rouler en glisse. C’est poussiéreux mais heureux que nous arrivons en longeant le Rio Calchaquies.

La Royal Enfield est vraiment excellente pour ces belles pistes qui permettent d’avoir de bonnes sensations de pilotage sans être un pro de l’enduro.

Des paysages… et une histoire

La piste vers Iruya

La piste vers Iruya

Après un passage par Salta, nous continuons vers le Nord avec la fameuse route de la Cornisa et ses centaines de virages étroits. Quand soudain apparait devant nous la célèbre Quebrada de Humahuaca avec ses montagnes de minerais multicolores, quel décor ! Une crevaison, un réglage d’injection et un col à 4000m plus tard, nous faisons étape dans le petit village d’Iruya niché au fin fond d’un canyon envoûtant. Nous sommes seuls au monde sur la piste qui y mène, seulement quelques condors planent au-dessus de nos casques.

Le jour suivant, nous découvrons les localités de Humahuaca et Tilcara où les passionnés d’histoire peuvent satisfaire leur curiosité avec la visite des vestiges vieux de mille ans d’une ancienne forteresse Inca, Pucara.

Salinas Grandes... que dire de plus...

Salinas Grandes… que dire de plus…

Pour notre dernier jour, une des merveilles naturelles du nord-ouest argentin nous attend, les Salinas Grandes. Ce désert de sel de prêt de 500 km² nous hypnotise dès que nous l’apercevons au détour des hauteurs d’un passage de col à 3800m d’altitude. Une seule envie, aller y poser nos roues ! Le froid mordille le bout des doigts, la descente en lacets permet de s’en donner à cœur joie et de prendre de l’angle, quelques vigognes nous coupent la route et nous y sommes ! Toujours aux petits soins pour nos amis voyageurs, l’équipe leur sort le grand jeu avec une copieuse picada de charcuterie et de fromages locaux, improvisée au milieu de l’immensité de sel blanc.

Bonheur et souvenir garantis !

Et si vous aussi vous voulez nous rejoindre, consultez nos prochaines dates de départ !

A lire également

Laisser une réponse

Votre adresse courriel ne sera pas poubliée