Royal Enfield

royal,enfield,actu,mono,500,mécanique,voyage,raid,dandonnée,expédition,amérique,du,sud

PHOTO4H10

Road Trip en Equateur: Mono 500 par 4H10

Une vidéo qui témoigne d'un pays, d'une culture, d'un voyage...

4H10 est devenu en quelques années un véritable repère pour les anciens et nouveaux passionnés de la moto. Une culture motarde qui vit un second souffle grâce à un habile mélange de « retour aux sources » et de modernisation. L’équipe de 4H10 nous décortique l’actualité et met en avant les acteurs majeurs de cette planète moto branchés, décalés, et audacieux.

Abonnés aux mêmes passions de l’aventure, de la bécane et de la culture, il ne fallait plus attendre longtemps avant de voir l’équipe de Mono 500 et celle de 4h10 partager un bout de bitume ensemble en Equateur.

Lors du voyage, « La Terre des 4 mondes » organisé par Mono500, 4h10 a réalisé une vidéo haute en couleur, un très beau témoignage en image d’un ride en Royal Enfield.

N’hésitez pas à retrouver le programme détaillé et les dates de départ de ce voyage Equatorien.

 

Texte: Simon Basuyau

la recette

La Recette de Mono 500 pour un Ride Parfait

Prenez deux terrains vagues riches en minéraux et trempez les dans l’eau. Ajoutez une pincée de sel et faites les cuire à feu doux. A l’aide d’une cuillère en bois, entrechoquez les deux terrains pendant quelques millions d’années. Portez l’eau à ébullition et laissez l’activité volcanique agir !

 Une fois le coulis de roche volcanique bien réparti sur une bonne moitié du terrain, laissez reposez quelques millions d’années à l’air libre pour une parfaite érosion et sédimentation. La petite quantité d’eau restante n’est pas gênante, elle donnera lieux à des magnifiques richesses naturelles.

Ca y est, c’est cuit ! La Quebrada de las flechas, un environnement naturel exceptionnel situé entre la ville du vin : Cafayate et Cachi, un village authentique de la vallée Calchaquies.  N’oubliez pas, avant de la servir à vos invités, d’ajouter une bonne poignée de sable.

Réunissez à présent  un groupe d’amis, vous savez ; ceux avec qui on peut s’engueuler, pleurer, crier mais aussi déconner, partager, et se marrer. Il faudra être plusieurs, pour tout manger et ne rien laisser. Pour être sur qu’un tel ride s’inscrive dans la mémoire collective.

Faites maintenant confiance à l’équipe Mono500 et laissez vous embarquer pour un voyage moto unique, un véritable slalom à travers des formations rocheuses impressionnantes aux multiples couleurs. Un décor époustouflant qui aura raison de votre imaginaire. Il n’est d’ailleurs pas rare de se demander si on est bien en Argentine, ou si notre avion ne serait pas égaré sur un petit bout de Lune.

Les pistes de cette étape sont taillées pour l’aventure à moto. Les virages virolant, La poussière poussiéreuse, le sable grincheux, et la boue boueuse,  apportent les piments nécessaires à un tel festin. La Royal Enfield, notre légende de cœur, fait office d’ustensile pour avaler les kilomètres sans y laisser une miette, seulement un peu d’huile.

Cette étape est un peu comme un repas de famille, on en sort rassasié. L’authentique petite ville de Cachi nous permet d’apprécier la culture andine, de trinquer sur la place centrale à la santé d’une recette réussie et de nous offrir en fin de journée, le confort mérité. 

La cerise sur le gâteau : votre guide moto Mono500, véritable cordon bleu, concocte déjà une nouvelle recette pour la journée du lendemain. 

N’hésitez à jeter un coup d’œil sur nos programmes détaillés.

 

Texte: Simon Basuyau

kytone trip yves duparc

Julian Izquierdo, Photographe.

A l’occasion d’un voyage moto organisé en Equateur par Mono500, Julian à réalisé une vidéo d’une grande qualité qui porte un regard nouveau sur les voyages Mono500. Julian Izquierdo Page officielle.

 

Julian a grandi sur la cote basque, bercé au son des vagues de l’Atlantique, c’est peut-être là l’origine de son amour pour la nature et son désire de saisir le spectacle du monde.

IMG_7167

Julian est un fin technicien vidéo et parcourt le monde en tant que cameraman pour des productions documentaire. Il aime mettre en avant le voyage, qui est pour lui une réelle source d’inspiration. Le besoin d’ailleurs, et la quête d’aventure imprègne son travail.

 

 

 

IMG_8293

Julian est également un passionné de la moto, il fait ses premiers pas sur une bandit 600, et depuis, ne rate jamais le Wheels & Waves, pour s’imprégner de l’ambiance et admirer les belles machines.

Ses expériences ont affiné son regard sur le monde, et Julian livre des clichés d’une fraîcheur étonnante, toute la liberté du voyage y est retranscrite.

N’hésitez pas à retrouver le travail de Julian sur sa page Officielle.

 

Texte: Simon Basuyau.

Les chirurgiens de la mécanique

Les chirurgiens de la mécanique

Mono 500 entretient sa flotte de véhicules autos et motos dans son propre garage ou bien, dirons-nous… son propre bloc opératoire.

Le premier régiment de cavalerie Royal Enfield part chaque année, à l’assaut des hauts plateaux Andins, pour vaincre la poussière, la chaleur, l’altitude, et les formations rocheuses. Une bataille, dans le but de s’offrir des sensations de grandeur et des souvenirs éternels.

En parcourant des milliers de kilomètres chaque année, ces montures d’acier sont en première ligne et les blessures ne sont pas rares. A chaque retour de campagne, le passage à l’infirmerie est obligatoire pour toutes ces belles dames. Toutes sont mise sous perfusion, nourrit à l’huile de moteur, ici les infirmiers du garage ne laissent rien au hasard, la moindre égratignure est désinfectée, poncée puis repeinte.

Certaines s’en tirent avec une élongation de la chaine ou une entorse du roulement. D’autre n’ont pas cette chance, des gémissements récurents, un battement cylindrique inhabituel et c’est l’opération à moteur ouvert.

Des opérations parfois délicates qui nécessitent des jours, et toute la concentration de nos chirurgiens. Dans le garage Mono500, les greffes de pompe à huile et guides de soupape sont longues et douloureuses. En revanche, leur convalescence n’est jamais très longue et le bloc opératoire de Mono500 n’a jamais enregistré d’échecs.

La cavalerie se tient toujours prête pour de nouvelles explorations, en attendant ses cavaliers de la liberté !

Texte et photos : Simon Basuyau

image-a-la-une-marvier-andalgala

« A Motorcycle Road Trip in Argentina » by David Marvier

Suite à sa participation au road-trip en Royal Enfield organisé en Argentine par Mono500, le photographe David Marvier nous livre un récit photo, haut en couleur, témoignant de la riche culture Argentine et des grands espaces de ce pays.

« Quand je me mets les fesses sur une selle, et que j’entends ronfler une machine, quelle qu’elle soit, tous les soucis disparaissent comme par enchantement ».

David est un passionné de moto et de photo depuis son plus jeune âge, il a usé de la gomme sur une MZ 125, puis une 600 Hornet, avant de prendre un peu de vitesse avec une FZ1. Il parcourt la France, puis l’Europe, et goute au sable chaud du Maroc en trial enduro rétro.

Le photographe est un passionné sans limites, il se nourrit de tous les milieux de la moto, de ses expériences avec Harley et 4h10, il participe au Wheels and Waves, au Bike Shed, au Glemseck101 en Allemagne ou au Motorbeach en Espagne pour affiner son point de vue, sa vision, et témoigner de cet incroyable nouvel essor que connait la moto à notre époque.

Ce qui le motive le plus, c’est de partir à la rencontre des acteurs de ces milieux motorisés, que ce soit des pilotes enduro, cross, trial, piste, route ou des préparateurs de café racer, des organisateurs de voyage, des fabricants, ou des patrons de shop, et de retranscrire par l’image cette même passion qui les animent.

David a su être patient, enchainer les petits boulots, apprendre, aiguiser son œil de photographe. A force de courage, de travail et de détermination, il a su imposer son style et travailler avec les plus grands noms du milieu. Que ce soit pour Harley, Triumph, Motoheroes, Sandraiders, Mono500, Kytone, Ride&Sons et bien d’autres, ses clichés apportent une véritable touche artistique, et mettent en lumière le travail de tous ces passionnés.

« A Motorcycle Road Trip in Argentina  »  by David Marvier.

interview simon courrier, fiabilisation royal enfield

VIDEO : Nouvelle prépa Royal Enfield Mono 500

Rénovation complète de la flotte de 12 Royal Enfield Classic de l’agence.
Dans cette interview, réalisée dans notre atelier à Salta, le mécanicien français Simon Courrier, en charge des véhicules Mono 500, nous explique les améliorations apportées à la Classic pour gagner en fiabilité et en puissance. L’objectif : repousser les limites de la belle anglaise pour partir arpenter les pistes de la Cordillère des Andes lors de nos circuits moto en Argentine.

La piste vers Iruya

Carnet de route – Le journal d’un guide moto en Argentine

Julien notre guide, vous raconte son dernier voyage avec nos clients. Anecdotes, impressions et une passion pour la Royal Enfield qui permet de rouler là où d’autres ne peuvent pas.

La chevauchée andine en Royal Enfield: carnet de voyage d’un guide moto en Argentine

des royal enfield personnalisées

Chacun la sienne avec nos nouvelles peintures

L’équipe Mono 500 est prête pour accueillir un joyeux groupe d’amis motards, composé de 5 pilotes dont 3 voyageant en duo. Dès leur arrivée, nous nous retrouvons au garage où nous faisons connaissance. Après avoir découvert nos locaux, chacun écoute attentivement le briefing de roulage puis choisit sa Royal Enfield, les nouvelles couleurs de peintures que nous avons réalisés font sensation ! Après avoir gouté à la gastronomie locale autour d’une bonne parilla de viande et dégusté quelques bouteilles de torrontes et de malbec, le rendez-vous du départ est donné pour 8h le lendemain matin.

Le départ

Notre groupe d’aventuriers quitte Salta et prend la direction du sud, en tant que guide j’ouvre donc la route suivi des 5 motos. Chacun prend ses marques avec la Royal Enfield et commence à ouvrir grand les yeux avec l’apparition des montagnes rouges ocres. Walter et Miguel, notre équipe d’assistance, ferment le convoi à bord du 4×4 chargé de pièces mécaniques et des bagages.

Des pistes vers Tafi del Valle

Des pistes vers Tafi del Valle

Nous faisons route vers notre première étape, Tafi del Valle. La fraîcheur de fin de journée nous rappelle que nous commençons à prendre de l’altitude. Un magnifique spectacle nous attend dans la lumière du soir, nous descendons l’asphalte vers une mer de nuage spectaculaire qui entoure le lac Angostura.

Quoi de mieux au petit matin qu’une descente de 40 kms en lacet avec des virages zigzaguant à travers une forêt envoûtante semi-tropicale ? Nos pilotes sont aux anges ! Le GPS de Philippe un peu moins, puisqu’étant mal arrimé à son guidon il ne passera pas le test du bus de 20 tonnes lui roulant dessus.

Un paysage démesuré

ruines de Quilmes

Les ruines de Quilmes

De Andalgala en direction de Fiambala, chacun prend la mesure de la démesure grandiose du territoire Argentin. Les bandes de bitume déroulent sur parfois plus de 40 kms, sans l’ombre d’un virage digne de ce nom à l’horizon ! Nous ménageons nos montures ainsi que le monocylindre 500cc en adoptant un rythme de croisière propice à l’évasion de l’esprit donnée par cette immensité géographique de liberté.  Puis ce sont les paysages plus arides et désertiques qui nous ouvrent les bras, avec une pépite nichée au sein de la roche volcanique où nous faisons étape, Fiambala et ses thermes d’eau chaude !

Le domaine de Piatelli à Cafayate

Le domaine de Piatelli à Cafayate

Pendant 2 jours nous remontons vers le nord avec pour objectif Cafayate. Nous y arriverons en empruntant la célèbre Route 40 et en profitons pour visiter un des trésors culturels du Nord argentin, les Ruines de Quilmes.

Cafayate sait accueillir le visiteur de passage en lui offrant les meilleurs vins de la région, nos voyageurs en profitent pour souffler un peu et se détendre pendant que notre mécano Walter alias Poppy en profite pour faire quelques réglages mécaniques et bichonner nos belles Royal Enfield avant d’attaquer la piste.

Visite d'une bodega à Cafayate

Visite d’une bodega à Cafayate

Une visite de bodega suivi d’un déjeuner dans un endroit tutoyant le paradis, laisse bien souvent nos motards avec les yeux qui brillent d’émerveillement. Ce jour-là, nous serons gâtés puisqu’une célèbre chanteuse de Buenos Aires attablée à côté de nous nous offrira une session acoustique privée remplie d’émotions. Même Laurent et Christophe iront de leurs petits pas de danse !

La spéciale

Aujourd’hui nous attaquons une des spéciales du Rally Dakar, Cafayate-Cachi.

Une piste emprunté par le Dakar, passage un peu gras, une formalité pour nos Royal Enfield

Une piste emprunté par le Dakar, passage un peu gras, une formalité pour nos Royal Enfield

Nous sommes accueillis dès l’entrée de la piste par un superbe bac à sable, tout le monde est dorénavant confronté à la vraie aventure avec ce bel exercice de pilotage. Nous dégonflons un peu les pneus et c’est parti ! Même les novices du off-road qui, en l’avouant à demi-mot appréhendaient un peu ce genre de terrain, s’en sortent haut la main et prennent même du plaisir à rouler en glisse. C’est poussiéreux mais heureux que nous arrivons en longeant le Rio Calchaquies.

La Royal Enfield est vraiment excellente pour ces belles pistes qui permettent d’avoir de bonnes sensations de pilotage sans être un pro de l’enduro.

Des paysages… et une histoire

La piste vers Iruya

La piste vers Iruya

Après un passage par Salta, nous continuons vers le Nord avec la fameuse route de la Cornisa et ses centaines de virages étroits. Quand soudain apparait devant nous la célèbre Quebrada de Humahuaca avec ses montagnes de minerais multicolores, quel décor ! Une crevaison, un réglage d’injection et un col à 4000m plus tard, nous faisons étape dans le petit village d’Iruya niché au fin fond d’un canyon envoûtant. Nous sommes seuls au monde sur la piste qui y mène, seulement quelques condors planent au-dessus de nos casques.

Le jour suivant, nous découvrons les localités de Humahuaca et Tilcara où les passionnés d’histoire peuvent satisfaire leur curiosité avec la visite des vestiges vieux de mille ans d’une ancienne forteresse Inca, Pucara.

Salinas Grandes... que dire de plus...

Salinas Grandes… que dire de plus…

Pour notre dernier jour, une des merveilles naturelles du nord-ouest argentin nous attend, les Salinas Grandes. Ce désert de sel de prêt de 500 km² nous hypnotise dès que nous l’apercevons au détour des hauteurs d’un passage de col à 3800m d’altitude. Une seule envie, aller y poser nos roues ! Le froid mordille le bout des doigts, la descente en lacets permet de s’en donner à cœur joie et de prendre de l’angle, quelques vigognes nous coupent la route et nous y sommes ! Toujours aux petits soins pour nos amis voyageurs, l’équipe leur sort le grand jeu avec une copieuse picada de charcuterie et de fromages locaux, improvisée au milieu de l’immensité de sel blanc.

Bonheur et souvenir garantis !

Et si vous aussi vous voulez nous rejoindre, consultez nos prochaines dates de départ !

mono500-equateur-royal-enfied-8

L’Équateur en Royal Enfield !

Grâce à Mono 500 vous pouvez visiter l’Équateur sur une moto mythique : La Royal Enfield.

mono500-equateur-royal-enfied-8Petit pays situé entre le Pérou et la Colombie, l’Équateur est un véritable bijou pour les amoureux de paysages et d’aventures. En quelques jours, au guidon de votre moto, vous pourrez découvrir les plages idylliques de la côte Pacifique, emprunter des pistes au coeur de la forêt Amazonienne pour finir par rouler sur les magnifiques routes pour atteindre les sommets de la Sierra, partie équatorienne de la Cordillière des Andes.

Dans ce court article, nous allons vous présenter en quelques lignes ce que vous pourrez voir en prenant la route avec nous, mais à votre retour, vous aurez de quoi écrire un livre !

La jungle amazonienne

L’Amazonie couvre près de la moitié du territoire. Plus vieille forêt du monde, elle abrite l’écosystème le plus riche du monde. L’Équateur abrite une partie des rivières qui se rejoindront pour former le fleuve de l’Amazone, au guidon de votre Royal Enfield spécialement préparée dans nos ateliers, vous arpenterez les pistes en profitant des paysages magnifiques et d’une immersion totale dans cette partie du monde encore sauvage.

La Panamericaine

Célèbre route qui relie l’Alaska à Ushuaïa, vous pourrez emmener votre Royal Enfield entre volcans, océan et forêt. En Équateur, la route est très bien entretenue et vous permettra de profiter des paysages uniques qu’offre le pays.

La route des volcans

Il faudra bien respirer avant d’emprunter les 200km de cette route sinueuse, car les paysages qui se cachent derrière chaque virage sont époustouflants. Avec comme point d’orgue le Quilotoa, volcan éteint abritant en son centre un lac aux eaux cristallines.

La côte Pacifique

Après avoir arpenté les routes escarpées et les pistes au coeur de forêts tropicales, la côte Pacifique offrira un havre de paix aux voyageurs fourbus. Plages désertes habitées par les tortues et les albatros, baignade dans une eau limpide, repos au son du marimba…

Chez Mono 500, nous sommes fiers de vous proposer ce voyage de plus de 2400km en 11 jours. Découvrez-le dès aujourd’hui et réservez votre place, le prochain départ est proche !
Pour vivre notre aventure au quotidien, rejoignez-nous sur Facebook

Quelques images pour vous faire saliver

Royal GT

La Royal Enfield ne cesse de séduire les français !

Depuis fin 2011, la société DIP basée à Marseille importe la belle Royal Enfield en France et vit un vrai succès.

Alors que le monocylindre n’était pas vendu à plus de 300 exemplaires en 2011 et que le marché français du deux roues broute clairement, la DIP dépasse aujourd’hui les 1 000 motos vendues en 2015. Sur cette même période Harley Davidson atteint à peine 3% de croissance, pendant que Royal Enfield passe la barre des 60% cette année sur l’Hexagone !

Ce phénomène s’explique de plusieurs manières :

D’abord, la DIP a eu du flair…. Stéphane Hruszowski (le patron de la DIP) confie à Moto-Station « On n’est pas néo-rétro, on n’est pas classique, on a un moteur qui est haut comme une cathédrale et qui pèse près de 60 kg. Nos motos sont authentiques, et c’est pourquoi elles ont du succès. »

Il savait que la Royal avait un atout de taille par rapport aux nouveaux modèles, l’authenticité.

Marc Caparros (Directeur Commercial de la DIP) voulait cette moto depuis longtemps.

 Il nous confie avoir déjà un réseau de 450 distributeurs spécialisés parmi lesquels ils ont réussi, à force de travail et de communication à en séduire et former 85, qui aujourd’hui participent au succès de cette moto de légende. M. Caparros est bien conscient que la mission de l’importateur est de lancer la marque et de pouvoir ensuite développer un réseau qui prendra son autonomie à terme, mais une fois de plus, la Royal Enfield n’est qu’une question de passion !

La DIP importe en France et dans les DOM-TOM des véhicules deux roues motorisés. www.dip.fr

Royal Enfield France www.royal-enfield-france.fr

L’agence MONO 500 est spécialisée dans le voyage d’aventure en Royal Enfield et 4×4 en Argentine et en Equateur.

 

Crédit photo : Johnny BeGood Photography

www.facebook.com/BeGoodCreaphiX